Connaissez-vous le modèle d’affaire ?

Vous avez une idée d’affaire ? Super ! Mais avant de commencer à mettre de l’énergie et de l’argent pour la concrétiser, votre idée devra prendre de la maturité en passant par plusieurs étapes, notamment par le développement d’un modèle d’affaire. Grâce à cet outil qui sollicite un travail de réflexion peut être très pratique avant la rédaction, plus exigeante, d’un plan d’affaires. Un des modèles les plus utilisés par les jeunes entrepreneurs, d’abord dans le domaine technologique,  est le modèle d’affaire Canevas. Il permet de visualiser rapidement et facilement les éléments essentiels qui constituent une entreprise pour la réalisation et la validation du projet. En travaillant sur un canevas, avant de vous lancer dans la rédaction du plan d’affaire, vous vous donnerez la possibilité de valider vos hypothèses et ainsi de développer un plan plus réalisable qui cerne mieux l’opportunité.

Téléchargez notre modèle Canvas: Modèle d’affaires Canevas Tremplin

Ressources :

Comment faire une étude de marché ?

Une étude de marché consiste principalement à collecter et analyser les informations nécessaires pour évaluer l’offre et la demande des produits ou services que vous offrez, sur le marché que vous visez.  Cette étude inclus aussi l’analyse des différents facteurs qui pourraient influencer la vente de vos produits notamment en examinant l’offre des concurrents.

Voici les différents types d’étude de marché :

  • L’étude de marché documentaire: cette étude se porte principalement sur la collecte des documents d’organismes et d’articles publiés par les spécialistes de votre secteur d’activité, la presse, etc.
  • L’étude de marché quantitative : C’est une recherche plus générale qui implique des données basées sur des statistiques, des chiffres fournis par des études analytiques de consommation dans un secteur particulier. Ces études de marché documentaire et quantitative constituent les données secondaires de l’étude : c’est-à-dire toutes données fournies par une tierce partie.
  • L’étude de marché qualitative : Cette étude a la particularité d’être plus approfondie et implique un nombre beaucoup plus réduit de l’échantillon interrogé que dans une étude quantitative. L’objectif étant de collecter le maximum d’information autour d’un besoin par rapport à un produit ou un service ainsi que les canaux potentiels de la commercialisation. Il peut s’agir d’entrevues, de groupe focus, etc. Cette étude est aussi qualifiée d’étude primaire qui est souvent collectée par l’entrepreneur lui-même pour une approche plus ciblée.

 

C’est l’analyse de ces différentes approches de l’étude de marché qui validera la faisabilité de votre projet. Ainsi, vous comprendrez mieux votre marché, votre cible et aurez une meilleure lecture des tendances et opportunités !

Suis-je « faite » pour l’entreprenariat ?

L’idée d’être son propre patron, être libre de ses choix et atteindre l’indépendance financière, fait rêver de plus en plus de personnes, des femmes surtout avec une visibilité croissante offerte à celles-ci et malgré des barrières persistantes auxquelles elles font face particulièrement les jeunes mamans et les nouvelles arrivantes.

Mais avant de vous lancer dans l’entreprenariat, il est important de savoir si vous avez les outils nécessaires pour vous engager dans cette aventure. Sans qu’il ait de recette précise ou de parcours unique, le succès dépend tout autant des qualités personnelles de l’entrepreneure que de l’originalité de l’idée ou les moyens déployés pour réaliser le projet. Donc il est important de déterminer si vous avez déjà ces qualités. Si vous ne les avez pas, il suffira de faire un travail de développement personnel pour enfin les acquérir ou découvrir vos ressources alternatives !

Parmi ces qualités, on peut en citer quelques-unes qu’on attribue souvent aux entrepreneurs à succès :

  • S’auto-motiver : La seule chose qui peut motiver une entrepreneure, c’est sa détermination. Vous êtes votre propre patron et devait fixer et tenir le cap.
  • Prise de risque : Que cela soit pour des décisions du quotidien ou de plus grands risques, face à l’inconnu, tous les scénarios sont possibles et tout perdre fait partie de ces possibilités. Il est souvent précisé que les femmes sont toutefois mieux capables de prendre des risques mesurés. C’est à notre avantage mais il faut aussi oser et souvent, les femmes osent moins en raison de stéréotypes véhiculés par la société.
  • Tolérance face à l’échec : L’échec n’est qu’une étape vers le succès, il faut savoir rebondir.
  • Être positive : Il faut plutôt être orientée solutions et opportunités plutôt que problèmes.
  • Être sociable : Toujours profiter des occasions pour rencontrer de nouvelles personnes qui peuvent devenir vos clients, vos partenaires ou mentors.
  • Être curieuse et avoir le goût d’apprendre : Il faut être à l’affut de toute les nouveautés dans votre secteur d’activité et investir en vous-même en assistant à des formations ou des séminaires.

Savoir prendre des décisions : Même si ce n’est pas la meilleure, il faut prendre une décision pour s’orienter vers une voie précise. Ce qui est le plus important c’est la prise d’action et non les conséquences de la décision.