Vous avez déjà fait du chemin avant d’arriver à cette étape :

  • Votre idée de projet est validée.
  • Votre premier plan d’affaire est en grande partie rédigé, surtout pour le plan opérationnel et le plan marketing.
  • Vous avez aussi une estimation des coûts pour vous lancer car vous avez déjà recueilli certains prix chez des fournisseurs par exemple.
  • Et en rentrant dans le détail de votre activité pour les premiers mois, vous avez pu établir votre plan financier prévisionnel détaillé pour la première année.

Vous arrivez donc à la troisième étape cruciale pour le démarrage de votre entreprise : LE FINANCEMENT ! Plusieurs options sont à votre disposition y compris des institutions dédiées aux francophones de l’Ontario! 

Attention, si vous ne savez pas encore ce que c’est qu’un score de crédit et un dossier de crédit, dirigez-vous sur cette page car ce score est essentiel pour déterminer votre solvabilité et vers quel type d’institutions financières vous allez pouvoir vous tourner. https://www.canada.ca/fr/agence-consommation-matiere-financiere/services/dossier-pointage-credit.html

Et attention, ne financez pas votre affaire avec une carte de crédit, ce sera trop couteux !

Si votre plan d’affaire fait apparaître un besoin de financement supérieur au capital dont vous disposer déjà, vous pouvez vouloir accéder déjà d’autres sources de financement selon votre statut et vos besoins :

  1. Traditionnellement, un.e. entrepreneur.e va se tourner vers les banques traditionnelles pour obtenir un prêt. Il est crucial d’avoir développé de bonnes relations au préalable car la banque ne va souvent considérer les demandes qu’au-dessus d’un certain montant, assez élevée pour qu’elle puisse rentrer dans ses frais. Une ligne de crédit peut être aussi un type de produit envisageable. Liste des banques disponible sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_banques_canadiennes
  2. Le partenariat : trouver des partenaires qui sont prêts à participer au financement de votre projet. C’est souvent une bonne idée mais attention de ne pas mélanger famille, amitiés et affaires et de surtout faire établir des contrats en règle avec l’aide d’un avocat. Vous partagez ainsi la charge financière du lancement mais aussi d’autres taches du quotidien ce qui, si vous vous entendez bien, peut renforcer vos chances de succès. https://entreprisescanada.ca/fr/expansion/planifier-la-croissance-dune-entreprise/comment-faire-croitre-votre-entreprise/former-des-partenariats-ou-faire-lacquisition-dune-entreprise/
  3.  On peut également faire appel à des investisseurs ou ce qu’on appelle aussi des Business Angels. Ils s’intéressent aux idées avec un potentiel de croissance et de retour sur investissement important. Ils participeront sous différentes conditions et formes et là aussi, pensez à bien vous éduquer et faire appel à un avocat pour rédiger des contrats. https://entreprisescanada.ca/fr/blogue/financer-votre-entreprise-en-croissance-partie-3-seduire-les-investisseurs/F-A/
  4. Les subventions, rêve de tout entrepreneur puisqu’il s’agit de recevoir de l’aide financière que l’on n’aura pas à rembourser… Cela devient extrêmement rare pour les entreprises privées. Les gouvernements du Canada et des provinces peuvent remettre des subventions (grants) mais sur certains projets à caractère technologique, industriel, social, éducatif ou environnemental ou si vous avez moins de 30 ans par exemple ou habitez dans une zone rurale. Quelques exemples ici https://www.ontario.ca/fr/page/fonds-dentrepreneuriat-et-ressources-pour-les-moins-de-30-ans et là (en anglais) https://www.mentorworks.ca/what-we-offer/government-funding/
  5. La Banque de développement du Canada est une banque spécialisée dans le financement des entrepreneurs qui a développé ces dernières années des programmes pour les petites entreprises et pour les nouveaux arrivants, en général pour des prêts minimum de 50,000$ https://www.bdc.ca/fr/pages/accueil.aspx
  6. En dessous de 50,000$ et plutôt autour de 10,000$, ces prêts sont considérés comme des micro-financements. Ce sont alors des organismes et des associations d’aide aux entrepreneurs et de développement économique qui ont pris le relais des banques pour offrir ce type de prêts. Ces organismes comblent un besoin très important pour les femmes et les immigrants notamment. Access Community Fund en fait partie par exemple, de même que les organismes francophones dont nous vous parlons plus bas. http://accessccf.com/
  7. Connaissez-vous le financement participatif (ou crowdfunding) ? C’est le fait de faire appel aux membres d’une communauté, aux citoyens, aux consommateurs pour qu’ils puissent généreusement donner pour le lancement de votre projet. Ce type d’actions obéit à des règles précises pour optimiser vos chances. Découvrez quelques plateformes : https://meceness.ca/, une initiative en français !https://www.indiegogo.com/ le leader du secteur
  8.  Précommande : Approche originale, si vous avez déjà un prototype de votre produit vous pouvez lancer une campagne en ligne de précommande pour financer la production de votre produit à plus grande échelle.

Des organismes francophones juste pour vous et des prêts de 5,000$ à 45,000$ !

  • Fondation Franco-Ontarienne
  • IDESO
  • CCO
  • Alterna Saving
  • Acces Community Capital Funding

Compétences et formations pour assurer une bonne gestion

 Face à la complexité des produits financiers et la diversité des termes de remboursement des prêts et des intérêts, il est indispensable que vous ayez une formation de base en finance en tant que consommateur et surtout en tant qu’entrepreneur. La gestion des finances peut souvent devenir fastidieuse si vous n’avez pas les connaissances suffisantes pour manipuler les opérations essentielles telles que : la planification de flux de trésorerie, la gestion du crédit et la gestion des relations avec votre banque et votre comptable etc. Vous pouvez avoir recours à des organismes et des associations pour avoir des formations en gestion financière ou bien entourez-vous de conseillers financiers de confiance pour optimiser vos dépenses. L’apprentissage par l’erreur peut vous couter cher. Les difficultés et erreurs de trésorerie font partie des premières raisons de l’échec d’une entreprise.

Entreprise Toronto organise quelques ateliers de gestion financière pour entrepreneurs (en anglais) https://web.toronto.ca/business-economy/business-start-ups/training/seminars/

Les formations longues offertes par Oasis Centre des Femmes, La Passerelle IDE incluent également des ateliers sur ces sujets.

Le comptable, un excellent allié

Dans votre équipe de soutien, ne manquez pas d’inclure des que vous le pouvez, un.e comptable. Elle pourra, en autre, vérifier vos livres de dépenses, vos impôts et s’assurer que votre TPS est correctement collectée et versée, surtout dans le cas ou votre entreprise est incorporée. Un comptable peut travailler à l’heure ou au forfait.

N’hésitez pas demander leurs tarifs et à leur faire connaitre votre activité. Un bon comptable doit être à l’écoute et bien comprendre vos produits/services ainsi que vos cycles d’activités. Elle peut également devenir un référant important pour identifier de nouveaux clients ou partenaires pour votre entreprise.